Nos Traitements et Services

Nos programmes de traitement en établissement visent à traiter l’alcoolisme, la toxicomanie, le jeu compulsif, la pharmacodépendance, la cyberdépendance, les traumatismes ainsi que les problèmes de santé mentale.

Pour le traitement de l’alcoolisme, la Clinique Nouveau Départ adopte comme philosophie le concept d’Addiction-Maladie ou Disease Concept, tel que définit par la Société médicale américaine sur l’addiction (ASAM) et la Société médicale canadienne sur l’addiction (CSAM). La Clinique Nouveau Départ offre à ses patients des traitements basés sur les données probantes et offerts par une équipe multidisciplinaire comprenant des psychiatres, médecins, conseillers en toxicomanie, psychologues, travailleurs sociaux et infirmières.

Comprenant l’importance de traiter l’addiction comme une maladie chronique, la Clinique Nouveau Départ offre à ses patients un suivi s’échelonnant sur une période allant jusqu’à douze mois tout en mettant l’emphase sur le suivi post-cure pour le traitement de l’alcoolisme.

La toxicomanie constitue une dépendance physique et psychologique d’une ou de plusieurs substances psychotropes sans justification thérapeutique.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la toxicomanie représente:

  • une envie irrépressible de consommer la substance psychotrope;
  • une tendance à augmenter les doses;
  • une dépendance psychologique et physique;
  • et des conséquences néfastes sur la vie quotidienne (émotives, sociales, économiques, familiales, professionnelles, etc.).

Les problèmes d’abus et de dépendance à la drogue constituent des problèmes sérieux et sévères qui affectent l’individu dans toutes les sphères de son existence: professionnelle, familiale, légale, sociale, physique, psychologique, psychiatrique, etc. Un traitement spécialisé, structuré et adapté aux diverses conditions spécifiques que présentent l’individu atteint de cette problématique doit être mis en place afin de le libérer de l’emprise de la dépendance.

Avant le début de chaque traitement, l’équipe de la Clinique Nouveau Départ procède avec soin à une évaluation du profil de consommation de l’individu, du potentiel de sevrage qu’il présente, de même que des diverses conditions co-occurrentes aux niveaux physique, émotionnel et comportemental, ainsi que des facteurs pouvant favoriser ou entraver la réhabilitation. Cette première évaluation se fonde entre autres sur l’indice de gravité d’une toxicomanie (Addiction Severity Index) et elle est accompagnée d’un examen médical complet. Selon les circonstances, la thérapie peut varier d’une intervention brève à un traitement intensif sous supervision médicale. Les niveaux de soins sont adaptés aux conditions du patient et diverses structures de thérapie individuelle et de groupe sont mises en œuvre.

Par son approche médicale, la Clinique Nouveau Départ peut parfois faire appel à la pharmacothérapie pour le traitement des personnes souffrant de dépendance, aussi bien au niveau du sevrage aigu que durant la période post-sevrage (sevrage prolongé ou phase de maintien). Plusieurs médicaments sont approuvés pour le traitement de la dépendance, notamment des médicaments qui peuvent diminuer l’appétence aux substances psychoactives. Par ailleurs, la médication peut être utile pour traiter des complications physiques, nutritionnelles, psychiatriques et neurologiques. Enfin, près de 50 % des personnes traitées pour une dépendance présentent aussi d’autres pathologies psychiatriques coexistantes (troubles concomitants). L’équipe multidisciplinaire de la Clinique est habilitée pour poser les bons diagnostiques et offrir un traitement spécialisé à chaque individu.

La pharmacodépendance – ou dépendance aux médicaments – est surtout courante dans la catégorie des benzodiazépines (Valium, Ativan, Xanax, Rivotril et autres somnifères), des barbituriques (Fiorinal, etc.) et des opiacés (Percodan, morphine, codéine).

Ces médicaments sont prescrits la plupart du temps pour contrer des problèmes d’anxiété, d’insomnie ou de douleur aiguë ou chronique. Dans certains cas, ces médicaments peuvent être achetés sur le marché noir. Comme le patient développe avec le temps une tolérance aux médicaments, la dose doit être augmentée afin d’obtenir le même effet, ce qui risque d’aggraver la dépendance. Lorsque le patient décide d’en arrêter la consommation, il doit faire un sevrage qui peut dans certains cas être très complexe et possiblement fatal (tel que les benzodiazépines).

En plus d’apprendre aux patients à modifier leur mode de vie pour mieux contrôler leurs symptômes d’anxiété, de douleur ou d’insomnie, la Clinique Nouveau Départ propose un traitement en quatre étapes.

  • Assurer un sevrage confortable pour éliminer les symptômes physiques ou psychologiques du sevrage.
  • Remplacer les médicaments à potentiel dépendogène par d’autres molécules pouvant réduire les symptômes du patient sans créer d’accoutumance.
  • Combiner le traitement pharmacologique à des techniques alternatives ayant fait leurs preuves pour réduire les symptômes (acupuncture, massothérapie, techniques de relaxation, etc.).
  • S’assurer d’une meilleure hygiène de vie (sommeil, activités physiques, etc.)

La Clinique Nouveau Départ est très sensible aux divers traumatismes que peuvent vivre les gens.

Que ce soit les abus sexuels, les accidents, la perte d’un être cher, les agressions, les ruptures, ou même les traumatismes psychologiques moins sérieux, ceux-ci peuvent entraîner des troubles qui deviennent chroniques chez les individus fragiles.

Le traitement proposé par la Clinique Nouveau Départ combine à la fois une évaluation médicale et psychiatrique et une psychothérapie traditionnelle, ainsi que l’intégration d’approches thérapeutiques de type neuro-émotionnel par des mouvements oculaires lents (IMO, EMDR).

L’approche EMDR a été mise au point dans les années 1980 par un psychologue américain. Alors que le sujet évoque des souvenirs douloureux, le thérapeute spécialisé l’intercepte ponctuellement afin de provoquer une stimulation sensorielle qui contribue à éliminer les émotions négatives liées aux souvenirs traumatisants. Le mouvement oculaire agit sur le système limbique du cerveau et y annule le caractère négatif des images, des perceptions et des souvenirs que l’individu peut avoir emmagasinés.

Le jeu accapare l’argent dédié aux obligations financières, s’il remplace le temps passé avec la famille, s’il devient un besoin pressant et omniprésent, il est par conséquence pathologique.

Il s’agit d’un mal caché que l’on ne peut détecter par des signes physiques. Aucune cause universelle ne peut expliquer le comportement d’un joueur compulsif. Chaque joueur a ses raisons pour jouer, mais tous cherchent à fuir ou à exprimer un besoin ou un malaise intérieur.

  • 2 % des joueurs pathologiques présentent des problèmes d’alcool;
  • 1 % ont des problèmes d’abus de drogues;
  • 6 % ressentent des troubles de l’humeur;
  • 8 % vivent avec un trouble anxieux;
  • 8 % souffrent d’un trouble de la personnalité.

Adapté à la réalité des joueurs, la Clinique Nouveau Départ prévoit une évaluation médicale afin de cibler non seulement la dépendance au jeu, mais aussi les autres problèmes associés (santé physique et mentale, problèmes financiers, familiaux, professionnels, judiciaires, etc.), une psychoéducation individuelle et de groupe, un suivi thérapeutique et un suivi post-cure.

Les plans de traitement sur mesure tiennent compte de l’environnement familial et professionnel, tandis qu’une approche biopsychosociale intègre les aspects médicaux, psychiatriques, pharmacologiques et thérapeutiques, ainsi que les groupes d’entraide du type Gamblers Anonymes.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la dépendance à Internet fait partie des troubles liés à l’assuétude.

La cyberdépendance peut entraîner des problèmes physiques, psychologiques, sociaux et même financiers. Les cyberdépendants présentent souvent s’autres troubles psychiatriques ou une autre forme de dépendance.

La cyberdépendance peut prendre plusieurs formes : activités sexuelles en ligne, cyberrelations, jeux en ligne, recherche compulsive d’informations, etc.

En termes de traitement, la cyberdépendance nécessite une approche de soins similaires aux autres toxicomanies. Même s’il n’y a pas de substance psychoactive, le cyberdépendant développe de nouveaux circuits neuronaux de plaisir qui le portent à privilégier la fuite dans le virtuel. La cyberdépendance se situe souvent au niveau de la sexualité virtuelle, ce qui contribue à créer chez le patient un isolement et un déficit relationnel important.

Dans les phénomènes de cyberdépendance, il faut évaluer adéquatement la gravité de la cyberdépendance, évaluer le type de personnalité et surtout, éliminer les comorbidités. Il s’agit donc d’une approche de support intégrée à la fois cognitive et comportementale, comprenant des thérapies de groupe et parfois de la pharmacothérapie. Des approches spécialisées sont offertes pour le traitement de la cybersexualité.

La thérapie cognitivocomportementale (TCC) est un traitement fondé sur les faits conçu pour modifier les modèles de pensée que les personnes peuvent avoir développés à leur propre sujet, à propos du monde ou des personnes dans leur vie. Ces processus mentaux peuvent finir par nourrir des comportements inadaptés tels que la consommation d’alcool ou de drogue, l’isolement, la colère ou l’autodestruction. De plus, les pensées autodestructrices peuvent également renforcer des problèmes comme la dépression et l’anxiété, qui accompagnent souvent les troubles de l’utilisation de substance (TUS).

Il est possible de modifier les pensées indésirables qui mènent à une mauvaise perception de soi ou à des schémas de comportement destructeurs grâce à la TCC. La TCC aide en particulier les patients à observer la relation entre leurs pensées, leurs émotions et leurs actions et quel comportement en résulte. Les systèmes de croyances destructeurs et irrationnels changent au fur et à mesure que les patients apprennent comment ils fonctionnent et comment leurs croyances peuvent être mal adaptées à la réalité. La TCC permet d’analyser les chemins de pensée négatifs et d’améliorer leurs capacités d’adaptation.

La thérapie comportementale dialectique (TCD) est un traitement fondé sur les compétences, qui peut aider les patients à réguler plus efficacement leurs émotions, à améliorer leurs relations avec les autres, à développer leur tolérance face aux difficultés et à être plus conscients de leurs pensées, leurs sentiments et leurs comportements.

À l’origine, la TCD a été conçue pour traiter le trouble de la personnalité limite (TPL), mais son efficacité est aujourd’hui prouvée dans le traitement de l’abus d’alcool et de drogues ainsi que de divers autres troubles de la santé mentale, tels que la dépression, l’anxiété, le TSPT et les troubles du comportement alimentaire.

Parce qu’elle est si efficace, la TCD est utilisée fréquemment dans toutes les plateformes cliniques d’EHN Canada. En fait, EHN Canada fait partie des quelques établissements qui utilisent la TCD de la manière prévue dans leurs programmes de traitements résidentiels et externes à l’échelle nationale.

Le traitement assisté par des médicaments (Medication Assisted Treatment, abrégé MAT) englobe tous les traitements pour des troubles liés à l’utilisation de substances (TUS) qui impliquent un recours à des produits pharmacologiques dans le cadre d’un plan de traitement plus général de la dépendance. Chez EHN Canada, les MAT ont recours à des médicaments approuvés par Santé Canada, en combinaison avec une éducation, des conseils psychologiques, des thérapies comportementales et du soutien entre pairs pour fournir une approche des soins holistique et fondée sur des faits.

Les professionnels de la santé ont présentement trois thérapies ou traitements assistés par des médicaments (MAT) à leur disposition pour traiter les patients atteints de TUS, notamment les troubles de la consommation d’opioïdes.

Les traitements fondés sur les faits sont des traitements prouvés par des preuves scientifiques. Cela implique qu’une recherche rigoureuse et des vérifications cliniques préalables ont été menées pour prouver qu’une certaine approche du traitement ou une intervention est efficace pour traiter des troubles ou des problèmes particuliers.

Chez Clinique Nouveau Départ, tous nos programmes, en établissement et externes, sont basés sur un modèle médical et des interventions cliniques fondées sur les faits, scientifiquement prouvés comme efficaces dans le cas des TUS et des problèmes de santé mentale qui y sont liés.

Pour les patients souffrant de traumatismes ou de trouble de stress post-traumatique (TSPT), des directives cliniques et des pratiques fondées sur les faits ont établi que certaines interventions axées sur le traumatisme présentent les meilleurs résultats. La thérapie du processus cognitif (TPC) est la psychothérapie axée sur le traumatisme qui fournit les améliorations à long terme les plus efficaces du fonctionnement général et de la qualité de vie des personnes atteintes de TSPT.

L’entrevue motivationnelle représente la quintessence de la pratique clinique empathique. À travers une approche basée sur une acceptation sans jugement, les cliniciens tissent des liens avec les patients et arborent un regard positif inconditionnel. L’entrevue motivationnelle se veut non conflictuelle et incarne un style d’intervention qui souligne l’empathie du thérapeute envers les patients qui peuvent « réagir » par de la résistance. À travers ce processus, les patients ont une meilleure compréhension de leur ambivalence face au changement et explorent ensuite les origines de celle-ci avec leur thérapeute. Cette exploration va servir de base aux patients dans le processus de changement et de guérison.

La pleine conscience se définit comme « un état mental qui s’atteint par la prise de conscience du moment présent, en reconnaissant ses sentiments, ses pensées et ses sensations corporelles et en les acceptant avec sérénité ». Elle représente un traitement fondé sur des faits qui permet d’encourager les personnes à vivre pleinement et clairement dans le présent sans ruminer le passé ni se préoccuper du futur.

La thérapie de la pleine conscience est souvent utilisée en association avec d’autres modalités thérapeutiques. Elle repose sur les mêmes principes que la thérapie cognitivocomportementale (TCC), c’est-à-dire que votre réflexion détermine vos sentiments et vos sentiments déterminent votre comportement. La pleine conscience est particulièrement utile aux personnes qui souffrent de croyances obsessionnelles basées sur la culpabilité, la honte, une faible estime de soi et des pensées intrusives du passé ou d’évènements désagréables.

Clinique Nouveau Départ

Experts en traitement de la dépendance à Montréal depuis plus de 30 ans.

Nous nous spécialisons en dépendance de la drogue

La dépendance est une maladie primaire, chronique et potentiellement fatale, caractérisée par une perte de contrôle sur l’utilisation des substances psychoactives ou d’autres comportements toxicomaniaques. Cette condition complexe qui affecte la structure cérébrale et le comportement peut néanmoins être traitée. Le choix du traitement repose sur les critères de placement de l’American Society of Addiction Medicine et ceux de la Canadian Society of Addiction Medicine, ainsi que sur une évaluation exhaustive selon un modèle multiaxial.

 

Chaque choix thérapeutique est personnalisé au moyen d’entrevues approfondies complétées par une évaluation psychométrique. Ces tests psychométriques standardisés sont administrés à chacun des patients. L’objectif est de mettre en place un plan de traitement personnalisé et une prise en charge complète touchant toutes les facettes de la vie du patient

Nos Valeurs

Le succès du traitement repose sur une approche empathique, une intervention rapide en situation de crise et le maintien d’une attitude constructive face aux rechutes. Tout au long du processus de réadaptation et de réintégration sociale du patient, la Clinique du Nouveau Départ offre un environnement structuré favorisant l’apprentissage et l’expérimentation de nouvelles attitudes et de nouveaux comportements dans un modèle d’abstinence.

Vous voulez planifier une évaluation ou avoir plus d’information?

This post is also available in: enEnglish (Anglais)

Écrivez-nous pour toute information ou admission Clinique Nouveau Départ